Leadership

Les leçons de la crise du Covid-19

Posté le :

Mise à jour le :

Accueil » Blog » Leadership » Les leçons de la crise du Covid-19

Se transformer est la clé du changement réussi

« Le changement est la loi de la vie et ceux qui ne regardent que vers le passé ou le présent manqueront certainement l’avenir. » (John F Kennedy). En effet, la seule constante jamais inchangée dans le monde c’est le Changement, qui constitue ainsi la seule base stable et solide sur laquelle une organisation peut construire.

Voir au-delà de la crise

La crise actuelle, sans précédent, provoquée par le Covid-19, clairement dangereuse et destructrice sur les plans sanitaire et économique, avec des conséquences sociales désastreuses. Elle oblige toutes les organisations non seulement à résister et à s’adapter mais également et surtout à se réinventer. En effet, malgré tous les désagréments subis, du temps devrait être consacré à une réflexion profonde à la construction de l’avenir et les moyens d’y parvenir. Ce travail fondamental ne devrait nullement être considéré comme une réaction à la crise actuelle, mais devrait être plus global et porté par une vision, dans un esprit positif et constructif.  Ainsi, pour réussir leur processus de changement, les entreprises devraient l’inscrire dans le cadre d’une démarche stratégique et un programme de changement global, cohérent et pragmatique. Autrement, on met des mots sur des documents et on engage l’entreprise dans un « tunnel », généralement qualifié de « transformation » mais qui n’est en réalité qu’une succession ou une juxtaposition d’actions sans cohérence ni complémentarité et qui pourrait surtout s’avérer un gouffre financier.

La méthode de changement est un choix stratégique

Pour mettre en œuvre ce changement, comme avant la crise mais dans d’autres circonstances, les acteurs se trouvent devant un choix crucial : engager un processus d’évolution incrémentale ou opérer une transformation de rupture.  Ce n’est évidemment pas un dilemme, mais un choix stratégique tant que les deux voies mènent à un objectif préalablement réfléchi et conçu, seuls diffèrent les délais, la dynamique et les étapes de réalisation ainsi que les moyens mis en œuvre.

La transformation de rupture est le chemin le plus court

Le chemin le plus court, et souvent le plus rapide, pour un changement réussi est la transformation de rupture, s’il est le fruit d’une vision à moyen/long terme menée par des organisations ayant des objectifs précis et des ambitions fortes. Il nécessite plus d’investissement mais qui peut s’avérer in fine sûrement moins coûteux avec de meilleurs payback1 et ROI2. La stratégie consiste à mener un projet innovant, motivant pour les équipes et suffisamment agile pour s’adapter au changement continu, et ajuster éventuellement la cible tout en restant concentré sur l’objectif final.

L’évolution incrémentale pourrait tenter des entreprises prudentes ou méfiantes quant à l’inconnu. C’est une démarche rassurante, où les projets avancent pas à pas, à un rythme plutôt lent mobilisant le moins de dépenses possible. Mais s’il n’est pas adopté comme un cadre global d’un changement, il peut être un choix ciblé, opportuniste, permettant de bénéficier de toute découverte ou nouveautés en cours de route, qui pourraient être utiles au projet.

Connecting the dots

Les entreprises sont engagées dans des processus de « transformation » depuis de nombreuses années et notamment sous la pression ou grâce à l’essor phénoménal du Digital, mais aussi de la contrainte climatique et des transformations sociales. La crise actuelle réunit à elle seule l’intégralité de ces paramètres d’influence et ce dans toutes les régions du Monde. Elle met fortement l’intelligence humaine à l’épreuve voire au défi, à nous de prouver que nous savons individuellement et collectivement nous réinventer et construire un avenir meilleur avec enthousiasme et en toute confiance.

« Vous ne pouvez pas connecter les points en regardant vers l’avenir ; vous ne pouvez les connecter qu’en regardant le passé. Donc, vous devez avoir confiance que les points seront en quelque sorte bien connectés dans votre avenir”. Steve Jobs.

  1. Payback : représente le temps nécessaire pour que les flux de trésorerie prévisionnels rentabilisent le coût de l’investissement initial. ↩︎
  2. ROI : « Return On Investment », en Français retour sur investissement ↩︎

Article publié sur : site du Think Tank CEPS « Centre d’Etude et de Prospective Stratégique » en décembre 2020 

Depuis la page Vidéos

Dernières vidéos